Symmetry And Group

Download Linear ODEs and group theory from Riemann to Poincare by J.J.Gray PDF

By J.J.Gray

Show description

Read or Download Linear ODEs and group theory from Riemann to Poincare PDF

Best symmetry and group books

Symplectic Groups

This quantity, the sequel to the author's Lectures on Linear teams, is the definitive paintings at the isomorphism idea of symplectic teams over essential domain names. lately chanced on geometric tools that are either conceptually basic and robust of their generality are utilized to the symplectic teams for the 1st time.

Representation theory of semisimple groups, an overview based on examples

During this vintage paintings, Anthony W. Knapp deals a survey of illustration idea of semisimple Lie teams in a fashion that displays the spirit of the topic and corresponds to the average studying strategy. This e-book is a version of exposition and a useful source for either graduate scholars and researchers.

Szego's Theorem and Its Descendants: Spectral Theory for L2 Perturbations of Orthogonal Polynomials

This ebook offers a accomplished evaluate of the sum rule method of spectral research of orthogonal polynomials, which derives from Gábor Szego's vintage 1915 theorem and its 1920 extension. Barry Simon emphasizes invaluable and adequate stipulations, and offers mathematical heritage that formerly has been on hand merely in journals.

Additional info for Linear ODEs and group theory from Riemann to Poincare

Sample text

En effet, d'après un principe élémentaire de théorie des groupes algébriques [1], cette orbite est un ouvert de Zariski de s~n adhérence, et son adhérence est formée. trictement plus petite que dim X, qui est ici égale à celle de SL(n, C) d'après le théorème de Jordan. Mais SL(n, C) laisse le discriminant invariant, donc un F' dans l'adhérence de X a aussi un discriminant non nul, et son orbite a, par conséquent, même dimension que X. cn. 4 s'applique alors à X et montre que les formes à coefficients entiers qui sont transformées de F par SL(n, R) forment un nombre fini d'orbites de SL(n, Z), résultat démontré par Jordan et Poincaré.

V. 8. COROLLAIRE. Le groupe r = GL(n, Z) est de type fini et les sous-groupes finis de GL(n, Z) forment un nombrefini de classes de conjugaison pour les automorphismes intérieurs de r. On a ,f) = 6'[r], où 6' est un domaine ouvert de Siegel convenable (cf. § 2). 5. Soit maintenant L un sous-grbupe fini de r; il a un point fixe F dans ,f). On peut écrire F = cry], où c c~t dans 5' et y dans r. Alors y. L. y-l C r 6" La conclusion résulte donc de ce que rIS' est fini. 9. Nous terminons ce paragraphe par une proposition de Harish-Chandra qui intervient dans la discussion de fonctions automorphes.

LEMME. Soit L un sous-ensemble de GL(n, Q) dont les éléments ont des coefficients à dénominateurs bornés supérieurement en valeur absolue. ,) ~ c pour tout x EL et tout i=I,2, ... ,n. Soit x E Gw n L. Tout revient à prouver que les produits 1t11 ••• tii 1 des coefficients diagonaux de t", ont des dénominateurs bornés supérieurement. Or s;;/. ,. t... , = s,;/. ,. Sw E N-. En particulier lorsque x E Gw n L, les dénominateurs des coefficients decœ • tœ' v.. restent bornés supérieurement. Les éléments det t...

Download PDF sample

Rated 4.74 of 5 – based on 18 votes